09.02.18 Ramonville (31)
    12.02.18 Toulouse (31)
    09.03.18 Toulouse (31)
    12.04.18 Montauban (82)
A partir de 6 ans
50 mn
Création février 2018
Emotik
conférence mouvementée et marionnettique
Manon Ona / Laurence Belet

Deux « Emotikologues » tentent de présenter les principales émotions lors d’une conférence gesticulée.

Mais ces deux personnages se font eux-mêmes rattraper par leurs propres émotions. Celles- ci bien vivantes et très marionnettiques les surprennent, les bousculent, ou les paralysent, provoquant d’étonnantes réactions…

Autant d’expériences inattendues qui tombent à pic pour illustrer le propos et feront de cette conférence un moment ludique et poétique à la fois.

Certaines émotions nous traversent
Fulgurantes et magnifiques
D’autres nous paralysent
Tétanisantes et épouvantables
D’autres encore se promènent, s’installent, s’invitent, se dissimulent, s’échappent, profitent, se cramponnent…
Qui sont ces émotions qui m’entravent et me libèrent, me dévoilent, me transportent et me manipulent ?
Elles troublent ma quiétude, s’immiscent dans mon sommeil et volent ma pensée !
Je les apprivoise, les bâillonne, les méprise, les accueille et les serre contre mon cœur.

Une conférence ?

Oui mais gesticulée et marionnettique.

Une conférence donc, mais engagée, qui permet de proposer, dans notre cas, une « tentative » de définition de l’émotion, de l’étayer d’exemples bien vivants, associant courts dialogues et manipulations « mouvementées » de marionnettes, dans l’idée très avouée de transformer le concept abstrait de l’émotion en une amie qu’on reconnaît, qu’on apprivoise, dont on accepte la visite, souvent très impromptue…

Se saisir de la forme d’une conférence gesticulée, la revisiter, la décaler, en faire un acte théâtral fort, engagé, ludique, humoristique, poétique et particulièrement adapté à un jeune public.

 


Cette conférence  s’inscrit dans le projet « Corps mouvementés, marionnettes tourmentées », impulsé par la Compagnie Rouges les Anges depuis 2015.
Elle fait suite à un travail de laboratoire d’expérimentation autour des thèmes : « Le mouvement lié à l’émotion » et « L’émotion qui provoque la vie marionnettique »

Emotik sera écrit en collaboration avec un auteur, ayant participé aux laboratoires et d’après improvisations. Ce sera Manon Ona, jeune auteure toulousaine qui rejoint l'équipe pour cette nouvelle aventure.
 
Conférences gesticulée proposée par 2 comédien(ne)s, danseurs, marionnettistes, perturbées par quelques marionnettes émotives , mise en scène par Laurence Belet.
 
Au programme : savoir froid et définitions encyclolivresques bien réelles, anecdotes gesticulatoires d’un vécu émotionnel, humour  et… émotions, à vivre, à partager, à apprivoiser.

L'équipe
Comédiens Manipulateurs Sarah Darnault et Denis Lagrâce
Mise en scène Laurence Belet
Chorégraphie Hélène Zanon
Marionnettes Loëtitia Besson
Lumières Marco Gosselin
Création bande son Joël Abriac
Composition musicale originale Philippe Gelda
avec les voix de Jano Bonnin, Laurence Belet et Laurent Deville
Photos Baptiste Hamousin
Production, administration Olivier Leliège
Diffusion Olivier Leliège
Notes de mise en scène

Difficile tâche que de définir la notion d’émotion…

Elle a été l’objet de nombreuses études et théories.

Chez Cicéron, on parle de « perturbations » !

La théorie dite « hydraulique » considère l’émotion comme un état d’excitation physiologique. Des études ont amené ensuite à élaborer la théorie cognitive de l’étiologie des émotions, qui considère que les émotions sont construites par la société au sein de laquelle elles opèrent et qu’elles dépendent du langage, des pratiques culturelles, des attentes et des croyances morales.

Partons du postulat selon lequel le rôle de l’émotion est comparable chez les enfants et chez les adultes même si l’enfant parait beaucoup plus sujet aux réactions émotives. En effet le rôle de l’émotion chez ces derniers est beaucoup plus visible car il semblerait que les enfants sont moins conscients des normes sociales de représentation de soi et de refoulement des émotions.

Quand la pudeur et l’éducation s’en mêle, on apprend souvent à les cacher ses émotions, à les minimiser ou les contrôler.

Puisqu’elles nous traversent sans crier gare, nous habitent malgré nous, laissons-les nous mettre en mouvement, nous guider et faisons d’elles de véritables alliées du quotidien plutôt que des envahisseurs à combattre absolument.

L.B